Cédric Béchade, Chef étoilé de l’Auberge Basque ouvre une « Version Café »

Dimanche 18 novembre 2012 par Isabelle Brigout

photo de Cedric Bechade, chef etoile de l'Auberge Basque

Cédric Béchade fait partie de cette nouvelle génération de jeunes chefs étoilés, créatifs et passionnés, qui ont envie d’ouvrir leur table au public, y compris auprès d’un public, que le terme de cuisine gastronomique intimide…

« Cela fait 5 ans que nous avons ouvert l’Auberge Basque, et nous sommes aujourd’hui reconnus comme une table de qualité : j’avais envie d’ouvrir encore plus le lieu, pour qu’il devienne accessible au plus grand nombre, car parfois, du fait du parcours que l’on a eu dans les grandes maisons, les gens ont peur.

Désormais, nous avons ouvert notre « Version Café » : tous les jours au déjeuner, nous servons une cuisine de bistrot, piperade à l’ancienne, chipirons à l’encre, merlu à la Guipuzcoan, piquillos farçi de boudin noir, riz au lait au chocolat griotte et croûton à l’armagnac… et travaillons ces plats avec notre savoir-faire et avec l’attention que nous portons à notre cuisine gastronomique.

La « Version Café » est servie dans la même salle de restaurant, avec le même service, pour faire découvrir le cadre de l’Auberge Basque à des gens qui n’oseraient pas venir. La carte « Version Café » comprend 6 hors d’oeuvre, deux plats et deux desserts. L’objectif du concept de l’auberge contemporaine et du restaurant de demain c’est que l’on vienne à l’Auberge pour passer différents moment de vie, longs ou rapides, professionnel ou personnel…
A midi, on mange, moins que le soir parce qu’on n’a pas toujours le même temps à consacrer, mais on doit manger sainement, c’est ce qui nous a donné l’envie de créer la « Version Café ».

J’ai participé à l’opération RestauMobile pour Equiphotel orchestré par Alain Ducasse, différents chefs, un le midi, et un chef le soir : pendant une semaine, on se promène dans Paris avec un camion transformé en restaurant, pour faire connaître nos tables. Pourquoi ? parce que la cuisine de qualité, c’est essentiel, et manger, c’est vivre!

Je pense qu’il faut relativiser le terme de Chef, je souhaite être avant tout un cuisinier qui doit mettre les produits en avant, un aubergiste qui doit faire vivre un lieu et un artisan qui transforme le produit, et cette dimension d’artisan d’art est très importante pour moi.

On me demande parfois si on peut faire à manger pour 10€ : bien sûr, c’est possible, avec des matières premières de qualité et du savoir-faire en plus , je cherche à me différentier de ce qui se fait et de ne pas forcément rentrer dans les modes volatiles ou les classiques figés. Il faut que nous fassions réaliser aux gens que c’est ça, la vie. »

« Version Café » de l’Auberge Basque, plats de 4€ à 16€ et vins assortis, menu à 39€ (tarifs novembre 2012)

L’Auberge Basque à côté de Saint-Jean de Luz

  • Share/Bookmark

No related posts.

La liste des entrées complémentaires est établie par le module d’extension YARPP.

Mots-clefs : , , , , , , ,

Laisser une réponse

Combien font six plus trois? (répondez en toutes lettres et en minuscules)

*